Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

A la frontière entre Corbières et Pyrénées

Imprimer

vin_gardiès.jpgLe Roussillon n’est pas unique, avec des terroirs bien différents. Le Domaine Gardiès, lui, se situe dans la vallée de l’Agly, juste sur les plis nés du choc des massifs des Corbières et des Pyrénées.

Le sol va du schiste noir à l’argillo-calcaire selon les parcelles. Des parcelles, Jean Gardiès n’en cultive pas moins de quarante-trois, sur ses 38 hectares de vignes. Il représente la septième génération du domaine, qu’il a repris il y a plus de vingt ans. Surtout, il l’a révolutionné. Avant lui, ses ancêtres ne produisaient presque que du vin doux naturel. Aujourd’hui, ces Rivesaltes (blanc, ambré et rouge) ne représentent plus que 30%.

Pour Jean Gardiès, le terroir sec, caillouteux, vallonné convenait davantage à l’élaboration de vins secs avec ses cépages, grenache, carignan, mourvèdre, syrah, malvoisie et macabeu. Le domaine, entièrement bio, se présente donc en trois gammes, hors les vins doux. Les Incontournables, au bas de l’échelle, déclinent les trois couleurs. Tout en haut, La Torre ou La Falaise sont les Vins rares. Le Clos des Vignes représente, quant à lui, un bon rapport qualité-prix: le rouge 2010 allie 70% de grenache et de carignan (70 ans) vinifiés ensemble, avec un peu de syrah et de mourvèdre. Petits rendements, vendanges manuelles et 12 mois d’élevage en barrique et demi-muid. Au final, un nez de fruits rouges, une belle complexité, de la fraîcheur et des tannins soyeux.

Clos des Vignes 2010, 75 cl, 24 fr. 50 à la Cave de Reverolle, cavedereve.ch. Gardiès sera à leur dégustation à l’Arboretum d’Aubonne (8-9 novembre).

Lien permanent Catégories : France, Vins 0 commentaire

Les commentaires sont fermés.