Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

A Aigle, un Cloître qui se montre très ouvert

Imprimer

veillon.jpgCela fait deux cents ans que la famille Veillon est propriétaire d’anciens bâtiments au centre d’Aigle, qui appartenaient à l’Abbaye de Saint-Maurice.

Et, avec les bâtiments, d’un joli petit ensemble de vignes bien exposées, comme ce Clos du Paradis, au sud du château, ou ce Clos du Cloître, qui jouxte la propriété, ou encore le Clos de la Cure, près de l’église Saint-Maurice, entre autres. La majorité est plantée en chasselas, avec un peu de cabernet, de merlot sur les hauts, de gamaret ou de pinot noir côté rosé et rouge, et du pinot gris en blanc ou en doux.


Tout cela est cultivé par Marc Taverney avec une référence de la région pour l’épauler à la cave, Frédéric Blanc. Et une part du vignoble est déjà passée en label Vin & Nature.


Le Cloître développe sur un sol sédimentaire et très profond un chasselas d’apéritif, au nez légèrement floral avant une bouche agréablement vive, et cette petite amertume élégante en finale. Le Clos de la Cure, au sol plus caillouteux, offre une jolie minéralité et beaucoup de finesse après un nez élégant de tilleul. Enfin, le Clos du Paradis, sur sa moraine glaciaire, est le cador du trio, avec une belle aptitude au vieillissement. Le nez reste floral, la bouche allie fruité et structure, enveloppée d’un gras distingué. Belle finale.

Le Cloître 2018, 70 cl, 15 fr. 50.
Clos de la Cure, 70 cl, 18 fr. 40.
Clos du Paradis 2017, 70 cl, 19 fr. 50.

www.veillon-au-cloitre.ch

Lien permanent Catégories : Vins 0 commentaire

Écrire un commentaire

Optionnel