Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

J'ai dégusté les 80 meilleurs vins de Suisse (ou presque)

Imprimer

Le soussigné a eu l'honneur de participer au jury final du Grand Prix du vin suisse, qui redéguste les six meilleurs vins de chaque catégorie pour établir le podium de ce concours. Une belle édition, vu le niveau des vins.

Il y avait moins de bouteilles envoyées au Grand Prix du vin suisse cette année, la faute à un millésime 2021 compliqué. 2325 candidats contre une moyenne généralement plus proche de 2800. Mais la qualité était au rendez-vous, comme j'ai pu en juger pendant deux jours à Sierre. Mes camarades et moi dégustions à nouveau les six meilleurs vins des treize catégories du concours, pour établir les différents podiums respectif. Précision: il n'y avait que les vins que les producteurs avaient envoyés au concours, certains autres ne voulant pas participer.

Le jury de neuf personnes, présidé par Daniele Maffei, oenologue du domaine cantonal tessinois, comptait également deux Français, le journaliste Hervé Lalau et l'oenologue bourguignon Richard Bastien, les rédacteurs en chef alémanique et romand de "Vinum", Thomas Vaterlaus et Anick Goumaz, la directrice de Vinea Emeline Zufferey, le blogueur zurichois Adrien van Velsen et l'oenologue franco-suisse Caroline Dessort.

La dégustation n'était pas une dégustation technique où on attribue des notes, mais bien une dégustation plaisir de classement, chacun donnant son ordre sur les six (parfois sept) vins de la catégorie avant une concaténation finale. Autant vous le dire tout de suite, je ne sais pas qui a gagné, puisque tout se fait à l'aveugle, même si les finalistes sont désormais connus. Pour cela, il faudra attendre le Gala des vins suisses, le 28 octobre à Berne.

Mais ce que je peux dire, c'est que le niveau général était très bon, poussant même le concours à augmenter le plancher pour obtenir une médaille d'argent. Nos finalistes étaient de belle tenue et les dégustateurs étrangers ont découvert une qualité à laquelle ils ne s'attendaient peut-être pas.

Comme le disait le Franco-Belge Hervé Lalau, "le niveau général de vos vins est excellent, ils sont propres et très bien faits, ont le caractère de leur terroir. C'est vraiment dommage que vous n'en exportiez pas plus, et que vous laissiez la place dans nos magasins à des appellations plus connues mais pas toujours très qualitatives." Une affirmation relayée par le Bourguignon Richard Bastien, qui a été épaté par la qualité des blancs dégustés et par nombre de rouges. Pas mal venant d'un vigneron de Gevrey-Chambertin.

 

Lien permanent Catégories : Concours, Vins 0 commentaire

Écrire un commentaire

Optionnel